Il n'y a que quatre types de personnes sur Facebook, selon l'utilisation qui en est faite.

Il y a seulement quatre types de personnes qui utilisent Facebook, en fonction de l'utilisation que nous donnons à cet immense réseau social. C’est ce que suggère une nouvelle étude qui confirme que Facebook a un effet Rashomon: plusieurs groupes d’utilisateurs interprètent l’expérience de l’utiliser très différemment.

Les quatre types généraux d'utilisateurs de Facebook sont les suivants: "bâtisseurs de relations", "acheteurs de fenêtres", "éleveurs de villes" et "selfies".

4 typologies

Les auteurs de l’étude, de l’école de communication de l’Université Brigham Young, soulignent que ces quatre catégories sont issues d’une enquête qui a demandé aux sujets de répondre à une liste de 48 déclarations. Celles-ci incluent des phrases telles que "Facebook est une source de stress et me déprime" et "Facebook est un moyen instantané de demander de l'aide ou quelque chose dont j'ai besoin de la part des gens".

Les sujets ont classé chaque affirmation sur une échelle allant de "plus comme moi" à "moins comme moi" et ont ensuite été interrogés par des chercheurs qui ont rassemblé des informations supplémentaires et des données qualitatives.

En particulier, seuls 47 sujets ont été impliqués dans cette étude, une très petite taille d’échantillon, mais les auteurs soutiennent que, parce qu’ils ont utilisé la méthode Q, une approche pour analyser les points de vue divergents sur des questions subjectives en utilisant la classification, les statistiques et l’analyse factorielle, la petite taille de l’échantillon est suffisante pour révéler des tendances solides .

Les quatre types établis sont:

  1. Constructeurs de relations. Ce segment utilise Facebook de la même manière que le courrier réel et les lignes fixes: renforcer les relations existantes avec les amis et la famille.
  2. Acheteurs de fenêtre. Ils ont "le sens de l'obligation sociale" d'être sur Facebook, ils voient Facebook comme un élément incontournable de la vie moderne, mais ils divulguent rarement des informations personnelles, partagent des photos ou écrivent des mises à jour.
  3. Les éleveurs de la ville. Ce sont des journalistes professionnels, des activistes et des organisateurs d'événements qui perçoivent Facebook comme une boîte à outils. Contrairement aux bâtisseurs de relations, votre monde virtuel ne ressemble pas à votre vie réelle. Ils peuvent transmettre des informations qu'ils se sentent obligés de partager avec un large éventail de connexions étroites et distantes, mais ils ne cherchent pas de suivi.
  4. Selfies. Ils utilisent régulièrement les mêmes fonctionnalités Facebook que les bâtisseurs de relations, publiant des photos, des vidéos et des mises à jour de statut, mais principalement pour attirer l'attention sur eux-mêmes. Son comportement a généré mille essais sur le problème des médias sociaux et contribué au mythe du narcissisme millénaire.